Je suis née à Sapporo

Cette île est loin, petite, surpeuplée, mystérieuse. Le Japon a une longue et grande histoire. Le livre d’Amélie Nothomb « Stupeurs et tremblements » nous offre un témoignage de codes souvent incompréhensibles. Cependant, quoi de plus intéressant qu’un monde complètement différent ? Junko nous livre à cœur ouvert, les souvenirs sucrés de son enfance et son parcours de femme. Elle a pu comprendre ce qu’elle aimait et à choisi de construire sa vie ailleurs. Engagée, elle garde un lien fort avec son pays de naissance. Voici son témoignage.

Présentation :

où es tu né ?Sapporo au Japon

Je suis née à Sapporo (Hokkaido), Japon.

Comment te présenterais-tu ?

Je travaille comme agent commercial en vin depuis 1999. Je fais la vente et la négociation, la communication pour des petits domaines français et pour le marché japonais. Et à côté, depuis mars 2011, je m’occupe de mon association pour le soutien des enfants, victimes de tsunami et de l’accident de Fukushima.

Et je suis maman d’un garçon, chose la plus importante !

Quels sont tes premiers souvenirs ?

Mon papi de Sapporo me balançait sur une balançoire dans un parc de leur appartement. Je dois avoir 2 ans et demi ou 3 ans.

Vers l’âge de 3 ans, un jour j’avais un hoquet qui n’arrêtait plus. Alors ma voisine m’a donné une cuillère à soupe de fraise écrasée et mélangée à un peu de lait et de sucre. Tellement bon que mon hoquet s’est arrêté.

Je me souviens aussi, toute petite, quand nous sommes allée voir notre mamie de Sapporo, je me suis retrouvée souvent dans son futon, même je m’étais couchée dans notre chambre. En fait, c’est ma mamie qui me transportait dans la nuit pour dormir avec moi et me faire la surprise !

Et il y avait chez elle, un placard où elle rangeait des boites de gâteaux et de bonbons…. Elle était très gourmande et en cachette à ma mère, elle m’en donnait de temps en temps.

Te souviens-tu du lieu où tu dormais ? Peux tu le décrire ?

Au Japon, les enfants n’ont pas tout le temps la chambre individuelle. Dans la chambre avec tatamis, on dormait sur les futons côte à côte avec ma sœur et mon frère. Plus grand, nous avons dormi dans un lit superposé.

Je me souviens toujours de l’odeur du soleil du futon, car ma mère le mettait au soleil dans la journée. C’était très confortable.

Avais-tu un doudou ? une tétine ?

Non. Ma petite sœur trainait un morceau de couverture comme Linus de Snoopy. Mais moi, je n’avais rielinusn.

 Migration :

A quel âge es-tu arrivée en France ?

La première fois, le 23 juin 1989 et j’avais 19 ans.

 Pourquoi as-tu quitté ton pays ?

J’avais mal de vivre dans le système et dans la société japonaise. Je ne comprenais rien, tout me paraissait absurde et injuste, je n’arrivais pas à faire comme mes copines. Il a fallu vivre légère et être comme les autres. Je n’arrivais pas. Lorsque la première année de l’université s’est terminée au mois de mars, j’ai décidé de partir de là, et de voir d’autre pays, d’autre monde.

Alors, j’ai posé une année de congé à mon université.

Qu’est ce que cela a changé pour toi ?

Je suis restée seulement 9 mois en France : 3 mois à Amboise et 6 mois à Paris. J’ai fais des amis de toutes les nationalités et je me sentais vraiment épanouie. J’ai pu me dire que mon mal de vivre n’était que là-bas dans mon petit pays, et j’ai senti que le monde existe réellement avec ces différents peuples et ces différentes couleurs. Dehors du Japon, c’est beaucoup plus intéressant à vivre ! Tel était la vraie découverte pour moi.

Et c’est depuis, ma vie a changé complètement.

 L’Enfant :

Comment est considéré l’enfant dans ton pays ?

Je ne sais pas bien répondre, car je n’ai jamais eu d’enfant là bas.

 Les parents font-ils beaucoup de câlins ?

Non. Les Japonais ne se touchent pas beaucoup. Je me souviens que ma mamie me faisait beaucoup de bisous. On ne dit pas au Japon à son enfant, genre, ‘je t’aime mon poussin!’. Par contre, on sent l’affection et l’amour de nos parents dans leurs yeux, et les gestes, dans leurs mots écrits.

Existe t il un rituel avant d’aller se coucher ? (histoires par ex)

Ma mère nous a beaucoup chanté la berceuse quand on était tout petit.

Peux tu nous citer des différences notoires entre l’éducation familiale de ton pays et celle de la France ?

Difficile à dire en quelques mots, car il n’y a pas de généralité. Mais j’ai l’impression qu’ici, en France, il y a plus de marquage, la distinction entre adulte et enfant. Au Japon, c’est moins. On disait que pour mieux entrer dans le cœur des enfants, il faudrait leur parler en étant à leur hauteur. Ici, on leur parle de hauteur d’adulte et souvent, les mamans crient (même étant habituée, parfois, je suis choquée d’entendre certaines mamans crier hystériquement aux enfants…. Désolée…).

Et je sais qu’aux yeux de certaines mamans françaises, les mamans japonaises laissent trop les enfants désordre !

Une autre chose, au Japon, pour l’éducation de nos enfants, l’école et la famille sont toutes concernées. Pas d’idée de séparation, ni la frontière (ou de distinction !) entre le moment à l’école ou dans la famille. On est tous concerné et on s’occupe ensemble. Souvent, les instituteurs rendent visite des familles en dehors de la classe, afin de discuter de l’enfant avec les parents. C’est aussi mieux savoir l’environnement familial d’enfant, si ce dernier a des difficultés.

Tes enfants :

Transmets tu la culture de ton pays et comment ?

Je lui parle depuis sa naissance en japonais,  lui montre les images du Japon et mes vieilles photos. On mange de temps en temps le repas japonais et je lui parle de mes souvenirs par rapport aux plats. On regarde ensemble le film d’animation et le manga japonais etc…. et puis, on va au Japon rendre visite ma famille.

 Fêtez-vous les fêtes de ton pays et de la France ?

Ce n’est pas évident. Pour la fête de Nouvel An japonais ( 1er janvier comme ici ), j’aimerais lui montrer, faire le repas spécial, lui transmettre les coutumes. Mais on n’a pas de famille ici, ni les ingrédients. Il faudrait que j’organise cela autour de mon association en faisant appel à des familles franco-japonaises de la région !

Double culture :

Le positif :

Ouverture de l’esprit

Le négatif :

Identité

 Dernière question :

qu’est ce que l’amour de tes enfants signifie pour toi ?

C’est ma raison d’être, la raison de vivre pour moi.

Pensées pour Tohoku

Merci à Junko d’avoir pris le temps entre toutes ses activités de travail et de cœur de répondre à mes questions. A tout moment, nous pouvons choisir de vivre dans un autre pays sans fuir la guerre ou d’autres malheurs. Juste pour trouver son équilibre intérieur. Je finis cet article avec une chanson japonaise traditionnelle. Elle raconte l’histoire triste d’une petite fille née dans une famille pauvre. Elle habite dans un village isolé nommé Takeda. Peut-être était-ce une des berceuses chantée par sa grand-mère ?

L’association « Pensées pour Tohoku » a pour but de soutenir financièrement et moralement les habitants de Tohoku touchés par le tsunami le 11 mars 2011.

Pitili boutique pour lit evolutif

Par Christelle Martinez

Que s’est-il passé en 2014 ici ?

Les lutins statisticiens de WordPress.com ont préparé le rapport annuel 2014 de ce blog.

En voici un extrait :

Un métro New-Yorkais contient 1.200 personnes. Ce blog a été visité 4 400 fois en 2014. S’il était un métro New-Yorkais, il faudrait faire 4 voyages pour les déplacer tous.

Cliquez ici pour voir le rapport complet.

Facile et efficace, la bouillotte pour endormir les bébés et les enfants.

La chaleur de la bouillotte apporte apaisement, calme et bien-être. Dans son lit, sur son ventre, dans son cou, à ses pieds, chacun a sa méthode. Donnez-en une à votre bébé, à votre enfant et vous verrez comme il s’endormira plus facilement. Vous aurez même envie de lui piquer.

La bouillotte, objet un peu désuet, a bien changé. Maintenant, elle est pratique, douce, jolie. Elle dure longtemps et peut être utilisée par toute la famille.bouillotte-peluche-ours-blanc-ecru-creme

Il en existe de toutes sortes, de toutes tailles. Tout comme un doudou, les bouillottes pour les enfants sont adorables. Les fabricants ont vraiment compris le côté affectif et ont su faire un 2 en 1. La bouillotte peut naturellement devenir doudou et s’offrir comme cadeau de naissance, cadeau d’anniversaire ou cadeau de Noël.

Pourquoi donner une bouillotte à ses enfants ?

Pour avoir la paix ! oui bien sur…

Le sommeil des bébés est assez compliqué chez les nourrissons. Nous sommes souvent désemparés devant les pleurs et les demandes du petit dernier. Installez-le dans un lit à sa taille (pas trop grand) avec sa tête touchant un des bords. Il se sentira plus en sécurité. La chaleur est un élément important. D’ailleurs, dès que votre bébé ne vous sent plus (toucher et odeur), il n’aime pas ça. Mettez la bouillotte à même votre peau pour l’odeur. Puis réchauffez-la et posez-la sur votre bébé ou à côté.bouillotte-colique-du-nourrisson-bebe-pour-micro-onde

Votre bébé a mal au ventre. Cela peut être votre solution pour le soulager. Essayez.

Votre enfant ne veut pas aller se coucher, est agité ou angoissé. La bouillotte peut facilement entrer dans le rituel du soir et l’aider à passer le cap de l’endormissement.

Le corps s’endort plus facilement en baissant sa température. L’enfant, naturellement, retourne son oreiller pour rafraichir sa tête. Cependant, la chaleur procure une sensation de bien-être et offre un lâcher-prise. La chaleur de la bouillotte apporte le calme, l’apaisement. C’est un sédatif naturel, un somni-médicament. Elle procure à l’enfant un fort sentiment de sécurité, de réconfort. Comme lorsqu’on le prend dans nos bras.

Envie d’essayer mais comment choisir ?

Pour les bébés : choisissez les graines de colza, petites, légères et fines. Elles s’adaptent facilement au corps. Idéal pour les coliques du nourrisson.

Pour les enfants : choisissez les graines de blé, de lin ou encore les noyaux de cerise.  Les noyaux, plus gros que les graines, apportent un effet massant.

Certaines sentent la lavande. Cette fleur est un calmant naturel qui réduit l’agitation de votre enfant au moment de se coucher. Cependant, cette odeur ne convient pas à tout le monde. Pensez-y !bouillotte-originale-micro-onde-et-grain-de-ble-hibou-intelex

La durée moyenne de chaleur est entre 20 et 30 minutes selon la température extérieure et la taille de la bouillotte. Le mieux est de le faire chauffer juste avant d’aller se coucher. Cela devient un rituel du coucher. Une histoire et un câlin. La bouillotte est encore chaude et votre enfant est complètement apaisé.

Un des avantages de la bouillotte sèche est sa simplicité d’utilisation. Ultra facile, vous ou vos enfants selon leur autonomie mettent la peluche dans le four à micro ondes. Attention à la propreté de votre four et aussi à l’odeur. Ce serait dommage que la bouillotte sente le gratin d’endives. Vous pouvez la mettre dans une assiette. Mais pensez à regarder au plafond.  Vous programmez le temps (entre 60 et 90 secondes). Pensez à mettre un verre d’eau avec. Plus la graine sèche, moins elle rend de la chaleur. C’est un moyen de faire durer plus longtemps ce système de chauffage naturel. N’oubliez pas de surveiller et n’hésitez pas à vérifier la chaleur, quitte à le remettre à chauffer ensuite. La bouillotte doit rester sur un textile et pas sur la peau. Question de sécurité bien sur.

On peut l’utiliser hiver comme été

La bouillotte sèche s’utilise en toute saison (et oui !). Elle peut être chaude (on avait compris) et aussi froide ! Il suffit juste de la mettre au congélateur 20 minutes dans un plat ou un sac plastique. Facile !

CHAUDE
  • Au moment du coucher, bien sur.
  • Lorsque votre enfant est agité.
  • Lorsqu’il ressent une douleur (entorse, ecchymose, courbature, maux de ventre).

FROIDE

  • En été, pour refroidir le lit ou sur le corps au moment de fortes chaleurs.
  • Pour les maux de têtes, les coups.

Elle est sale, comment faire ?

Les bouillottes sont déhoussables ou pas. Pour celles qui le sont, facile, hop hop, machine à laver. Pour les autres, ce sera un nettoyage en surface avec une . Vous pouvez utiliser du savon mais pas trop. Car l’eau sur des graines, ça germe ! et oui, c’est vraiment du naturel.

Entre nous

Parents, n’hésitez pas à lui piquer et à l’utiliser pour vos maux de ventre ou autre nuque bloquée ou torticolis (ah vous ne savez plus où donner de la tête). Pour ceux qui ont le temps, la chance ou le courage d’aller en soirée : le lendemain (quand vous vous lèverez à 6h et que vous ne ferez pas les malins), posez-la froide sur votre tête pour la soulager ou chaude sur votre foie. (La chaleur décontracte, dilate les vaisseaux sanguins. Votre foie a toute la place pour se drainer). C’est pas sexy mais hyper efficace.

Alors convaincus ?

Merci à Anne Sophie de doucebouillotte. Grâce à elle, je peux partager avec vous une solution bien efficace pour faire dormir nos enfants. Vous trouverez pleins de conseils sur leur site.

Pitili boutique pour lit evolutif

Par Christelle Martinez